Augmentation mammaire : les positions d’un Implant Mammaire


La position de l’implant dans l’espace mammaire est très importante.

Trois situations sont actuellement possibles : derrière le sein, derrière le muscle pectoral qui tapisse le thorax en profondeur, en dual plan c’est-à-dire derrière le muscle pectoral en haut et derrière le sein en bas.

 


Derrière le sein

 

La prothèse reste mobile avec le sein.

 

L’implant est inséré derrière le sein, et est souvent trop visible.

Cette position est tout à fait acceptable chez les patientes aux seins déjà généreux souhaitant un complément de volume.

En revanche, elle risque d’accroitre le caractère visible de la prothèse et l’effet de vague de la région supérieure du sein chez les patientes trop minces.

Cette position confère une bonne mobilité naturelle du sein.

Patiente, 28 ans, implants anatomiques 320 cc, position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 12 mois, actuellement bonnet D.
Patiente, 28 ans, implants anatomiques 320 cc, position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 12 mois, actuellement bonnet D.
Patiente, 36 ans, implants anatomiques 245 cc , position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 10 mois, actuellement bonnet C+.
Patiente, 36 ans, implants anatomiques 245 cc , position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 10 mois, actuellement bonnet C+.

Derrière le muscle pectoral

 

Chez les patientes minces, pour mieux dissimuler l’implant mammaire,
la position rétropectorale est préférable.

 

L’implant est inséré derrière le muscle pectoral.

Les seins sont plus rigides et figés. Mais, cette position assure une bonne protection visuelle de l’implant.

Pour 70% des patientes, il existe un risque de mobilité très désagréable des implants lors des contractions musculaires.

Il est réservé aux patientes très minces aux seins quasi inexistants.

L’intervention est plus douloureuse.

 

Patiente, 30 ans, implants anatomiques 260 cc, position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 11 mois, actuellement bonnet B+.
Patiente, 30 ans, implants anatomiques 260 cc, position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 11 mois, actuellement bonnet B+.
Patiente, 22 ans, implants anatomiques 320 cc, position rétropectorale, par voie axillaire. Résultat à 8 mois, actuellement bonnet C.
Patiente, 22 ans, implants anatomiques 320 cc, position rétropectorale, par voie axillaire. Résultat à 8 mois, actuellement bonnet C.

En dual plan

 

La prothèse mammaire pénètre dans le sein pour plus de naturel.

 

L’implant est inséré derrière le muscle pectoral en haut et derrière le sein en bas.

Cette position associe les bénéfices et les avantages des 2 positions précédemment citées.

Elle assure une bonne protection visuelle de l’implant, une mobilité naturelle du sein, et une bonne stabilité du positionnement de l’implant dans le temps en fonction de l’évolution des seins comme par exemple après allaitement.

Il existe un risque de 5% de mobilité de l’implant lors des contractions musculaires.

Patiente, 30 ans, implants anatomiques 275 cc , position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 12 mois, actuellement bonnet C.
Patiente, 30 ans, implants anatomiques 275 cc , position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 12 mois, actuellement bonnet C.
Patiente, 23 ans, implants anatomiques 260 cc , position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 8 mois, actuellement bonnet B++.
Patiente, 23 ans, implants anatomiques 260 cc , position dual plan, par voie axillaire. Résultat à 8 mois, actuellement bonnet B++.

 

Conclusion

Sans aucune équivoque, mon choix de position des implants est le dual plan sauf pour les patientes particulièrement minces avec hypotrophie mammaire très sévère.

BESOIN D'INFORMATION ?

Posez toutes vos questions au Dr SARFATI